OK

Nos conseils, astuces et solutions pour vous, professionnels

Le Saviez-Vous ?

SCA : le géant suédois du papier destiné à l'hygiène

Afnor NF T 73-102 avec solvant

Le financier suédois Ivar Kreuger a fondé le groupe SCA le 27 novembre 1929 en fusionnant une dizaine d'entreprises nationales. Le groupe SCA est ainsi composé entre autres d'entreprises forestières, de scieries et d'usines de pâte à papier destiné à l'hygiène. Aujourd'hui, en Suède uniquement, la production est répartie sur plus de quarante sites et emploie 6500 personnes.

Des débuts difficiles

Les premières années de SCA furent difficiles, marquées par deux évènements majeurs : la crise de 1929 qui opéra une baisse des prix et des exportations, qui précipita le décès de Kreuger en 1932 puis la division de son entreprise Kreuger & Toll. Immédiatement après, la puissante banque suédoise Svenska Handelsbanken reprit le contrôle total de SCA.

Pour rebondir après cette crise profonde, SCA investit dans la production de pâte au sulfate avec notamment la construction de l'usine à papier d' Östrand. Inaugurée en 1936, Östrand devient alors la plus grande usine de pâte à papier au monde.

Pendant la guerre, SCA connaît à nouveau des difficultés. Les possibilités d'exportation des produits issus du secteur forestier subirent une diminution radicale. Les secteurs les plus touchés furent la pâte à papier et des produits sciés. Néanmoins, SCAsut réagir en se diversifiant, et se lança dans la fabrication de produits comme le bois pour le gaz de gazogène, le charbon, le goudron de bois, l'essence de térébenthine et la pâte pour la fabrication d'acétate de cellulose.

À l'issue du conflit, les ventes des produits SCA explosèrent. La position financière de SCA se renforça au point d'envisager une entrée à la bourse de Stockholm dès 1950.

SCA reprend son destin en main

cycle papier

À partir de 1955, SCA décida de se concentrer sur des usines plus grandes et plus compétitives. À Östrand, la capacité de blanchiment de pâte à papier fut augmentée et une usine de papier journal fut bâtie à Ortviken entre 1956 et 1957.

La mécanisation de l'activité forestière prit de l'ampleur au milieu des années 50, et la main de l'homme céda peu à peu sa place aux machines. À cette époque, le transport du bois était alors encore principalement effectué par flottage.

Les années 60 furent marquées par des grands changements pour SCA. La fabrication de la pâte se concentra sur quelques usines réaménagées et plus grandes, ce qui eut pour conséquence la fermeture de plusieurs unités de production. Comme dans de nombreux autres cas semblables, les petites communautés subirent une diminution importante de l'emploi.

Parallèlement, SCA développa ses activités et augmenta sa production de papier. En 1967, la société suédoise dota son site d'Ortviken d'une nouvelle machine à impression de papier journal PM 4.

Malgré les avancées techniques et les investissements, la période 1959-1972 vit la rentabilité de SCA trouver ses limites en raison d'une faible demande de produits issus du bois.

Dès lors, le flottage du bois fut abandonné. Les billes de sciage et la pâte à papier commencèrent à être transportées par voie routière et à la fin des années 60, SCA améliora l'efficacité de ses opérations de transport maritime en utilisant ses propres navires pour le transport en Europe. Ceci eut pour effet une diminution des coûts de transport pour le papier, la pâte et les produits en bois massif.

En 1961, SCA continua sa conquête du papier et lança sa première machine de papier kraft, à Munksund, ce qui fut le point de départ de son activité de conditionnement. Pour assurer la demande de papier, SCA entra sur le marché du carton ondulé et acquit (ou construisit) de nombreuses usines en Suède, au Danemark, en Allemagne et en France.

Le grand tournant du papier dédié à l'hygiène

En 1975, SCA franchit le pas pour devenir une entreprise de biens de consommation grâce à l'acquisition de l'entreprise suédoise de produits d'hygiène personnelle Mölnlycke. Ceci permit une augmentation des ventes du groupe de 40 %. SCA ajouta à sa gamme les produits d'essuyage papier, les couches, les produits d'hygiène féminine et les produits pour l'incontinence.

Cinq ans plus tard, fort de ses succès récents, SCA acquit une part de Sancela Mexico, fabricant de produits d'hygiène féminine. Ce fut le début de l'expansion mondiale du groupe par le biais d'acquisitions ou des joint-ventures en Europe centrale et en Europe de l'Est, en Asie et en Amérique.

SCA continua de développer ses activités dans le papier d'édition jusque dans les années 90, grâce à l'installation de nouvelles machines sur ses sites historiques. SCA racheta également SC à Laakirchen en Autriche, une usine à papier pour la fabrication de papier surcalandré, et prit de nombreuses parts de marché en Europe méridionale grâce au rachat de l'entreprise italienne de conditionnement Italcarta.

De 1995 - où il devint la plus grande entreprise européenne de produits d'hygiène personnelle - à nos jours, SCA multiplia les rachats et continua sa spécialisation dans les produits d'essuyage et d'hygiène. Il devint alors actionnaire majoritaire de PWA, une entreprise allemande centrée sur les produits d'essuyage papier, l'emballage de transport et le papier graphique. De nombreuses autres actions semblables suivront, telles l'acquisition de Georgia-Pacific Tissue et Tuscarora en 2001, faisant de SCA le troisième acteur sur le marché des produits d'essuyage papier en Amérique du Nord et le leader dans l'emballage protecteur. Idem lors de l'acquisition des activités produits d'essuyage papier de l'entreprise Néo-Zélandaise Carter Holt Harvey qui propulsa le suédois leader du marché des produits d'essuyage papier en Australasie.

En 2007, SCA revendit ses opérations de conditionnement en Amérique du Nord et acquit l'activité produits d'essuyage papier de Procter & Gamble Europe. Des marques solidement implantées comme Tempo, leader des mouchoirs en papier en Europe occidentale et à Hong Kong vinrent s'ajouter à l'arsenal du groupe.

Par le rachat d'entreprises déjà implantées, SCA s'imposa partout dans le monde, en Argentine en avec le leader en hygiène féminine Algodonera Aconcagua, au Mexique et en Amérique centrale avec les activités couches pour bébé Codamex, en Europe avec l'activité produits d'essuyage papier de Georgia Pacific Europe, en Asie avec l'entreprise de produits d'hygiène féminine Everbeauty et au Chili en rachetant les 50 % restants de l'entreprise de produits d'hygiène PISA. On peut également citer les entreprises Statkraft (Norvège, énergie solaire), Nuqul (Jordanie, industrie), Pro Descart (Brésil, hygiène), San Saglik (Turquie, produits contre l'incontience), Pacific Equity Partners (Australie-Asie, hygiène) et Komili (Turquie, hygiène) qui témoignent de la puissance commerciale du groupe.

L'attachement de SCA au respect de l'environnement

foret

Fidèle à son image d'écologiste depuis les années 1980, SCA, en tant que l'un des plus grands propriétaires forestiers d'Europe, continue plus que jamais de contrôler au plus juste la consommation de ressources nécessaires à la fabrication de ses produits. Deux piliers dans les processus de conception se dressent en première ligne de la stratégie de SCA : le confort destiné au client et le choix des matériaux. Ces derniers doivent bien sûr offrir une qualité digne de la marque, mais également s'inscrire dans une démarche affirmée de respect de l'environnement. Ainsi, les fibres qui composent essuie-mains, papier toilette et autres protections périodiques respectent les normes FSC et PEFC. D'autres démarches adoptées sur les sites de production sont tournées vers une consommation d'eau modérée, et une limitation volontaire de l'émission de dioxyde de carbone.

En reconnaissance de ces efforts fournis au fil des années, l'Américain Ethisphère classa en 2012 (et pour la cinquième fois !) SCA parmi les entreprises les plus éthiques au monde. SCA continue par ailleurs à être une entreprise reconnue par l'indice mondial de développement durable FTSE4Good, preuve de son soutien aux valeurs universelles de dialogue et de respect des droits de l'homme.

Une identité en mutation : SCA crée Essity

Dans un objectif de mieux séparer ses activités liées d'une part à l'exploitation forestière, et d'autre part à la distribution de produits d'hygiène, SCA a évolué dès 2017 en deux entités distinctes. SCA se chargera de la gestion du capital forestier de l'entreprise, tandis qu'Essity prendra la charge de la production et de la distribution des produits liés à l'hygiène. Les grandes marques qui ont fait le succès du groupe suédois ne subiront aucun changement de nom.

C'est donc toute l'activité liée à l'hygiène de SCA qui s'est ralliée à la nouvelle identité qu'est Essity. Les grands noms du secteur, tels Tork, Tena, Lotus ou encore Okay n'ont subi aucun changement, ni dans leur appellation, ni dans leur logo. Seul le packaging est désormais orné d'un logo Essity qui est venu au fil du temps remplacer celui de SCA. Il va de même pour les distributeurs de papier toilette et d'essuie-mains qui jusque-là arboraient les trois triangles bleus.

Nos autres thématiques :


© Bernard France SAS | |

Ce contenu didactique vous est proposé à titre informatif et n'engage en rien la responsabilité de Bernard.

Articles consultés récemment

Les articles que vous avez consultés lors de vos dernières visites.

Tous vos articles consultés seront placés ici.

loadingchargement en cours