spinner
Balayage humide en milieu hospitalier
Blog

La technique du balayage humide en trois questions

Mieux que le balayage à sec et l'aspirateur réunis, la technique du balayage humide pour le lavage des sols s'impose petit à petit dans les différents secteurs d'activité - commerce, santé, restauration, hôtellerie, industrie. C'est en effet la solution idéale pour garantir la propreté des locaux et le confort des occupants et des clients. De quoi s'agit-il exactement ? De quel matériel faut-il disposer ? Quelles sont les méthodes de balayage humide ?

Qu'est-ce que le balayage humide ?

Le balayage humide est une méthode d'élimination de la poussière qui remplace les techniques de balayage et de dépoussiérage à sec (balai traditionnel ou aspirateur), notamment dans les secteurs d'activité où les normes d'hygiène sont strictes, comme la restauration, la santé ou l'industrie pharmaceutique. En raison de ses multiples avantages, cette méthode tend à s'imposer petit à petit dans de nombreux secteurs.

Le balayage humide a de nombreuses vertus. D'abord, il convient à la plupart des environnements de travail (bureaux, locaux commerciaux ou administratifs, cabinets de soins, hôpitaux, cuisines professionnelles, hôtels…), ne fait aucun bruit, ne consomme pas d'électricité, ne détériore pas les sols, et demande peu d'efforts.

Surtout, il s'avère plus efficace que le balayage à sec pour éliminer la poussière sur les surfaces planes, lisses et dégagées (linoléum, parquet, dalles thermoplastiques, etc.). Alors que le premier renvoie 80 % des poussières en suspension dans l'air, le balayage humide n'en remet que 10 à 15 %, répondant ainsi aux contraintes les plus rigoureuses en matière d'hygiène (par exemple, en milieu médical, paramédical et hospitalier, où la poussière est un vecteur de germes pathogènes).

Quel matériel faut-il utiliser ?

La méthode du balayage humide permet de dépoussiérer les sols par l'action d'un balai trapèze dont la tête est équipée d'une gaze humide en contact avec les surfaces à nettoyer. Elle nécessite de réunir trois éléments : un manche, une semelle et une gaze.

  • Le manche du balai. Généralement en aluminium pour garantir sa légèreté, le manche peut être fixe ou télescopique, permettant ainsi d'atteindre des endroits difficiles d'accès (et de ne pas passer son temps le dos courbé). Bernard vous propose toute une gamme de balais destinés aux professionnels, dont une sélection d'instruments dédiés au balayage humide.
  • La semelle du balai. S'il est possible de trouver deux types de supports dans le commerce, il est important de savoir que les balais trapèzes avec semelles en mousse, les plus répandus, sont réservés à un usage domestique. Parce qu'ils s'encrassent facilement, ils sont plutôt utilisés pour les petites surfaces, en appartement ou en maison. Pour les locaux professionnels, il est préférable de s'orienter vers une semelle en caoutchouc à lamelles, qui garantit une hygiène optimale sur les surfaces de grande ampleur et pour une fréquence d'utilisation quotidienne.
  • La gaze. Les balais utilisés pour le balayage humide sont équipés de gazes à usage unique, parfois imprégnées d'huiles alimentaires afin d'optimiser leur efficacité. Elles peuvent être en viscose (une matière naturelle aussi résistante qu'absorbante) ou en polypropène (une matière économique, mais peu écologique). Elles existent en plusieurs formats, le plus courant étant de dimensions 60 x 30 cm, et en deux couleurs, chacune correspondant à un grammage particulier (20 gr/m² pour le rose, entre 45 et 50 gr/m² pour le jaune). Associées à un produit ad hoc, elles peuvent servir à nettoyer autant qu'à dépoussiérer.
Coup de cœur Bernard - Serpillières ultra blanches Spontex

Comment pratiquer le balayage humide ?

Les professionnels du nettoyage qui pratiquent le balayage humide appliquent conventionnellement deux méthodes :

  • La méthode « à la godille » consiste à nettoyer une pièce en faisant des zigzags tout en tirant le balai vers soi. Elle nécessite de commencer par un détourage, c'est-à-dire par un tour complet de la pièce en longeant les parois, puis d'atteindre le mur du fond et de zigzaguer jusqu'à la sortie. Cette technique de balayage humide est adaptée aux petites surfaces.
  • La méthode « au poussé » consiste à faire glisser le balai trapèze devant soi en dessinant des bandes parallèles. Là aussi, il faut démarrer par un détourage, aller jusqu'au fond de la pièce, puis revenir vers la sortie, en faisant se chevaucher les bandes de façon à ne pas laisser des traces. Cette technique est plutôt réservée aux grandes surfaces dégagées.

Quelle que soit la technique privilégiée, il est nécessaire de commencer par les lieux difficiles d'accès (le long des murs, sous le mobilier…) et de progresser en direction de la sortie. Il faut toujours enlever d'abord les gros déchets et les souillures adhérentes. Pendant l'utilisation, il est essentiel de ne pas lever la semelle du balai et de ne pas revenir en arrière, ce qui aurait pour effet de redéposer la poussière au sol.

Enfin, la gaze doit être changée après chaque pièce nettoyée, condition sine qua non pour garantir un maximum d'efficacité. En moyenne, chaque gaze permet de dépoussiérer entre 20 et 30 m² de surface au sol. En fin d'utilisation, il faut aussi penser à laver le support du balai. Et cela doit être répété tous les jours pour une hygiène optimale !

© Bernard | 20 juillet 2020

Nos promotions du moment

Nos promotions du moment

Ce contenu didactique vous est proposé à titre informatif et n'engage en rien la responsabilité de Bernard.